AMD publie ses résultats financiers

0
719

AMD vient de publier ses résultats financiers pour le deuxième trimestre de l’année en cours.
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la société peut envisager l’avenir d’une manière bien plus radieuse que lors des dernières années.

Des résultats exceptionnels :

Si nous l’avions tous sentis venir lors de l’annonce de Zen et des RX500, personne n’avait pensé que le succès serait tel.

Résultats financiers
calculés selon les normes comptables étasuniennes (GAAP)
T2 2017 T1 2017 T2 2016
Revenu $1.22Mi $984M $1.03Mi
Résultat opérationnel $25M -$29M -$8M
Revenu net -$16M -$73M $69M
Bénéfice par action -$0.02 -$0.08 $0.08

La firme de Sunnyvale a enregistré un chiffre d’affaire de $1,22 milliards. Comparés aux $984 millions du premier trimestre, cela nous donne une augmentation de 19,34% !
Les revenus opérationnels sont maintenant dans le positif à hauteur de $25 millions alors qu’ils étaient déficitaires de $29 millions au premier trimestre. Cette augmentation des recettes se confirme également au niveau du revenu net, dont le déficit à -$73 millions se résorbe grandement pour tomber à -$16 millions. En conséquence, le bénéfice par actions reste négatif avec -$0.02.

Les micro-architectures au cœur du succès

Ces résultats sont la conséquence directe du succès de l’architecture Zen dont les processeurs RyZen sont les premiers représentants. Ce succès devrait se confirmer dès la sortie des premiers processeurs de la famille Threadripper.

Par contre, la surprise fut totale concernant les RX500 puisque cette série ne propose qu’une légère amélioration dans le process de gravure des GPUs d’architecture Polaris.
La cause est à chercher du côté des crypto-monnaies. La dernière-née, l’Ethereum, se mine particulièrement bien avec des GPUs AMD. D’où une demande particulièrement forte de la part de la communauté des crypto-mineurs. A tel point que plusieurs revendeurs se sont retrouvés en rupture de stock.

Au final, les résultats financiers d’AMD confirment la nouvelle dynamique de l’entreprise.
Le grand retour sur le devant de la scène des CPUs fait déjà son effet.
Nous pourrions espérer qu’il en soit de même concernant les GPUs mais la pente est raide. nVidia n’est pas Intel ; le caméléon a pu observer les capacités de son concurrent et doit déjà savoir à quoi s’en tenir.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de