Les RTX 2000 sont-elles trop chères ?

15
4620

Hier soir avait lieu la Keynote de Nvidia qui avait pour but d’annoncer les RTX 2000. Et notamment les RTX 2080 Ti et 2080.

Lumière, oui je suis ta lumière :

Après un lancement en retard, nous avons eu le droit à une loooongue, très looooongue présentation de leur technologie de Raytracing (et cela paraissait encore plus long à ceux qui avaient suivi leur conférence au SIGGRAPH, présentant les Quadro RTX, puisque certaines parties étaient identiques au mot près). Résumé de Raytracing : des effets de lumières plus réalistes et des effets de reflexion sympathiques.

Mais in game on avait pu voir que les dev en faisaient trop : tout se refletait sur tout, comme si tout était brillant… Enfin, une histoire de goût. Par contre la gestion de la lumière semble plus naturelle sur Metro. Mais comme tout techno propriétaire, si vous n’avez pas la carte qui va bien (en l’occurrence un Geforce RTX), attendez-vous à jouer en diaporama si vous l’activez (le petit doigt qui nous le dit).

En fait, cela rappelle PhysX, le but ici est de convertir le monde des jeux vidéos à l’écosystème propriétaire Nvidia afin que le consommateur doive acheter une carte Nvidia pour profiter de certaines options. Peut-être que la concurrence proposera elle aussi sa techno de Raytracing qui sait ?

Silence radio sur les perfs réelles :

Venons-en au principal : les nouvelles Geforce. Après le classique « most advanced GPU we’ve ever made » et les Cores dédiés au Raytracing, nvidia se fait extrêmement discret sur les performances « réelles » de ces cartes (à comprendre par là « supposons que je lance The Witcher 3, combien de FPS je gagne face à la génération d’avant ? »). Silence complet. Pourtant rappelez-vous, à la présentation de la GTX 1080, on n’avait pas assez de doigts pour compter combien de fois Jen Hsun disait que la 1080 dépassait la 980 de 70 % (avec des fois quelques variations : « la GTX 1080 vaut deux 980 en SLI » histoire de ne pas faire trop répétitif). Ici, silence radio.

En soit, cela n’augure rien de bon a priori. Si le gap de performances dans les jeux classiques était aussi important qu’il ne l’avait été lorsque nous étions passés aux Geforce 1000, Jen Hsun l’aurait crié sur tous les toits. Certes le GPU Turing a l’air puissant, mais cette puissance ne peut être exploitée que dans des cas précis : l’usage de Raytracing. Et la puissance dans les jeux semble a priori décevante. Nous espérons avoir tort.

Au revoir, design 780-like :'(

Petit tour rapide des specs (nous les analyserons dans un article ultérieur) : les 4352 CUDA Core de la 2080 Ti tournent à 1350/1545 MHz, contre 1515/1710 MHz pour la 2080. C’est clairement une regression sur ce point face à Pascal (la comparaison 2080 Ti vs 1080 Ti fait mal : 1350/1545 MHz contre 1480/1582 MHz). Vous comprenez pourquoi Nvidia n’a à aucun moment fait mention de la fréquence dans sa Keynote, alors que pour la présentation de la 1080, au moins 1 quart d’heure étaient dédiés à « comment augmenter la fréquence c’est super ».

En revanche le nombre d’unité augmente (logique vu que l’on passe de 5 à 6 SM par GPC) et la fréquence mémoire aussi grâce à la GDDR6. Notez par contre que la quantité de RAM reste desespérément identique à la génération précédente. Cela fait mal au bout de plus de deux ans de n’avoir aucune amélioration sur ce point sur aucune carte de la gamme. La dernière fois que c’était arrivé, c’était le passage de la gen 400 à 500 … mais bon il faut dire que la gen 400 n’était resté que 6 mois sur le marché avant de se faire remplacer par du quasi-rebrand en 500, donc ça ne compte pas vraiment. Bref, la non-évolution de la quantité de RAM c’est rare et surtout déplaisant.

Enfin le Cooling a changé, pour le meilleur et pour le pire. On passe sur deux ventilateurs axiaux, et un design qui change complètement des anciennes cartes de référence, au grand damn de certains. Par contre les capacités de refroidissement feront vraisemblablement un bond en avant, et tant mieux puisque le TDP augmente clairement face à la génération précédente : la RTX 2080 a un TDP de 215 W (contre 180W la 1080) et la RTX 2070 a un TDP de 185W (contre 150W la 1070). Petit bonus, plus de SLI non plus sur la série 70 (il faudrait pas que le SLI de 2070 vienne enquiquiner la 2080 Ti qui coûte plus qu’un SMIC, non mais oh !)

L’iphone X devient petit joueur :

Vient maintenant le prix, qui est, malheureusement sans surprises, très élevé. Mais il vaut le coup de s’attarder dessus. Voici les prix officiels :

  • RTX 2070 : $499
  • RTX 2080 : $699
  • RTX 2080 Ti : $999

Sauf que, comme pour les Pascal avant elles, ces prix ne sont que de la fumée. Les Founders Edition sont vendues plus chères que ce prix de base : $100 de plus pour la RTX 2070 et 2080, et même $200 pour la RTX 2080 Ti. Ce prix officiel n’est pas respecté par Nvidia lui-même, et il est illusoire de croire qu’il le sera par les constructeurs. Petit exemple pour rappel : le prix « de base » de la GTX 1070 était de $379 (soit 420€ TTC). Vous rappelez-vous avoir vu des GTX 1070 à ce prix là à l’époque (que ce soit $ ou €) ? Non clairement. Nous avions alors agrémenté cette situation d’une image ô combien corrosive :

Ainsi, le prix qu’il faut réellement prendre en compte n’est pas ce qu’annonce Nvidia, mais le prix de ses cartes de référence, car vous n’aurez aucune carte respectant le prix d’appel. Pour le moment, au mieux on trouve les 2080 custom à 850 € (même les modèles blower digne d’une carte bas de gamme) donc plus chères même que les Founders. En l’occurrence voilà le prix des Founders :

  • RTX 2070 : $599 / 640 €
  • RTX 2080 : $799 / 850 €
  • RTX 2080 Ti : $1199 / 1260 €

Avant de vous plaindre de la conversion $/€ rappelez-vous que les prix en dollars sont HT, ceux en euros sont TTC.

Maintenant voici les prix de lancement en dollars des x80 et x70 des deux générations précédentes :

  • GTX 970 : $329
  • GTX 980 : $549
  • GTX 1070 : $379 / $449
  • GTX 1080 : $599 / $699
  • GTX 2070 : $499 / $599
  • GTX 2080 : $699 / $799

Je crois que vous voyez déjà où nous voulons en venir. Les GTX 1070 et 1080 sont sorties 1 an et 8 mois après les GTX 970 et 980. La GTX 1070 proposait en gros 60% de performances en plus que la 970 pour un prix en augmentation de 15/36% (selon si on prend le prix « officiel » et le prix « founders »). La GTX 1080 proposait +70% de performances pour un prix en augmentation de 10/30%. Ainsi, en 1 an et 8 mois, le rapport perf/prix des GPU avait augmenté de 18/40% pour la série 70 et de 30/55% pour la série 80.

Entre la série 1000 et 2000 il ne s’est pas passé 1 an et 8 mois mais 2 ans et 3 mois, soit une attente 35% plus longue. Les prix de la série 70 ont augmenté de 32/33% tandis que le prix de la série 80 ont augmenté de 17/14%. Le gain en performance est pour le moment inconnu, mais vraisemblablement bien inférieur à ce qu’avait été les Geforce 1000, sinon, comme on le disait, Nvidia l’aurait crié sur tous les toits.

Ce que l’on constate, ce que le « milieu de gamme » (qui ne porte plus vraiment son nom), c’est à dire la série 70, voit son prix exploser d’une génération sur l’autre (entre +15 et +36 % lors du passage 900-1000, mais surtout 30 bons pourcents dans le passage 1000-2000). Au contraire la montée des prix de la série 80 est plus mesuré, mais toujours très présente. En clair, là où la série 70 permettait d’avoir des perfs proches de la série 80 pour un prix bien plus attractif, ce n’est clairement plus le cas.

Par contre, quand on veut prendre en compte le gain apporté par la nouvelle gen sur le plan rapport perf/prix, que l’on soit clair, les GTX 2070 et 2080 ne peuvent que faire moins bien que leurs ainés sur ce point. Pour que le gain en rapport perf/prix (rapporté au temps écoulé entre les deux gens) soit équivalent, il faudrait que la RTX 2070 soit 2.3 fois plus rapide que son ainé in game, dans la vie réel. Alors que si on a +50 % (x1.5), on sera déjà content.

Bref, l’évolution du rapport perf/prix semble, sauf grosse surprise, être une immense déception.

Donc en résumé :

  • Génération qui a tardé à venir
  • Fréquences qui baissent
  • TDP qui monte
  • Quantité de mémoire qui n’évolue pas
  • Prix qui explosent

Heureusement que le nombre d’unité augmente et que les cartes sont équipées en GDDR6. Le bilan est pour le moment assez sévère. Mais ne vendons pas la peau de l’ours avant de l’voir tué. Nous ne savons pas quels gains peuvent apporter en jeux classiques les unités dédiées au Raytracing. Le silence de nvidia sur ce point laisse craindre une amélioration faible, mais nous ne sommes pas à l’abris d’une bonne surprise.

Rendez-vous pour les tests.

7 Comment threads
8 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
9 Comment authors
JackMOSIETmTivavanjukeboxgeekosa Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens
Me notifier des
MOSIE
MOSIE

Bonne analyse.

Pige pas un truc: avec leur sortie le NDA est tomber mais aucune review n’est dispo; nvidia n aurai envoyer aucune CG au reviewer pour les prétest ?

NHU9B
NHU9B

C’est pas parce que les verts ont annoncés leurs cartes que les tests ne sont pas sous NDA, la preuve ^^

MOSIE
MOSIE

Logiquement le NDA tombe quand la commercialization et lancer non ? car la c’est bien possible d’acheter ces CG chez les revendeur.

TmTi
TmTi

Dans la présentation de nvidia, il avait sorti un graphique en expliquant que les 2000 étaient 6X plus puissantes que la série 1000. Alors oui il balance juste ça et on as aucun test réel. Mais ils ne l’aurait pas dit également si c’était faux ? Par contre ouais l’augmentation de prix est un scandale. Mais la série 1000 se vendant encore, ils peuvent pas vendre une 1080TI à 300e pour justifier de vendre moins cher la série 2000.

vavanjukebox
vavanjukebox

Il faut boycotter cette série.

TheGhostQC
TheGhostQC

C’est incroyable comment ce que j’aime ce que vous faite.

TheGhostQC
TheGhostQC

De plus pour les prix, la concurrence n’est pas présente en ce moment…

Kurbii
Kurbii

AMD Reviens!

Kansai
Kansai

Super article comme d’hab

NHU9B
NHU9B

Mais j’aime bien le nouveau radstock :'(

Jack
Jack

Nullissime pour les config ITX, et ça c’est la lose pour une bonne partie du marché.