Test : Corsair Ironclaw RGB

0
1109

Test

C’est parti pour le test de la Ironclaw RGB de Corsair. Pour nous rendre compte de ses performances, nous l’avons utilisé au quotidien (navigation internet, bureautique) mais aussi lors de parties de jeux vidéos. Nous jugerons donc de son confort mais aussi de ses capacités. C’est parti !  

La prise en main :

Avec la Ironclaw RGB, nous avons une souris très massive, très large et plutôt lourde. Effectivement, avec ses 105g, nous avons un poids relativement moyen. Pour rappel, la 700M eSPORTS de Cougar pèse 110g et la Mastermouse MM530 de Cooler Master 99g. En terme de poids, elle se retrouve entre ces deux références. Sa taille et son poids ne sont pas du tout un frein à sa maniabilité. Celle-ci est d’ailleurs spécialement prévue pour les grandes mains, ça se voit et ça se sent dès que l’on pose les doigts dessus. Pourtant, d’après nous, même les plus petites mains se posent naturellement sur cette référence. En effet, la souris est faite de sorte à créer une sorte de « goulotte » au niveau des clics gauches et droits. Les doigts s’y placent instinctivement.

La Ironclaw RGB est assez haute, alors une fois que les doigts sont bien placés, le reste de la main se met parfaitement. De plus, les caoutchoucs présents de chaque côté de cette référence maintiennent bien le pouce ainsi que l’annulaire et l’auriculaire.

Au centre, la molette est assez grosse également. Elle est équipée d’un revêtement en caoutchouc qui permet de bien agripper le doigt. Toutefois, les crans ne sont pas bien marqués. Elle est assez molle à l’utilisation.

Le soft touch présent sur le dessus de la souris est très agréable sous les doigts. Néanmoins, on regrettera qu’il garde les traces de doigts.

Le RGB :

Le RGB de la Ironclaw RGB de Corsair n’est pas très visible sur la molette de la souris. En effet, quand vous tenez la souris dans le creux de votre main et que vous utilisez cette référence, vous distinguerez à peine les couleurs RGB présentes sur la molette. Par contre, les LEDs RGB du logo sont assez visibles, jusqu’à ce que vous posiez votre main dessus. Une fois la main à plat sur la Ironclaw RGB, toute notion de « RGB » disparaît. C’est un peu dommage.

Les seules LEDs que nous distinguons finalement quand la main est posée sur la souris, c’est celles qui témoignent du niveau de DPI de la Ironclaw RGB.

Le bruit des Switchs Omron :

Les Switchs Omron présents sur cette Ironclaw RGB sont plutôt silencieux à l’utilisation. Beaucoup plus que les switchs de la Pulsefire FPS Pro de HyperX.

Maintenant que le test de la Ironclaw RGB de Corsair est terminé, il est temps de conclure à son sujet.

page suivante

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de