Test : Corsair M65 RGB Elite

0
3507

Test

Passons à la partie la plus intéressante, le test ! Nous avons donc mis cette M65 RGB Elite à l’épreuve en l’utilisant au quotidien, c’est-à-dire par exemple au travail (traitement de texte, navigation internet) ou en jouant à des jeux vidéos.

Qu’avons-nous donc pensé de cette souris ? Réponse ici !

La prise en main :

Positions-Mains-Palm-Claw-Fingertip-GripConcernant la prise en main de cette M65 RGB Elite, clairement, nous avons affaire un mulot qui se prend en claw grip. La souris n’est ni assez longue, ni assez haute pour permettre une prise en palm grip convenable. Effectivement, pour les grandes mains, le pommeau de la souris arrivera au niveau du milieu de la main.

Sinon, le placement des doigts se fait naturellement. Le pouce trouvera simplement sa place sur le bouton « sniper » tandis que l’index et le majeur iront respectivement sur les clicks gauche et droit. Enfin, l’auriculaire et l’annulaire viennent se poser naturellement sur le côté droit de la M65.

A l’usage, les boutons « suivant » et « précédent » sont très facilement accessibles : une simple levée de pouce permet d’y avoir accès. La molette quant à elle offre des crans bien marqués, plus que sur la précédente M65. Impossible se tromper d’arme (lors d’un jeu) lors de la manipulation de la molette. Pour le changement de profil, ça sera toujours la même gymnastique, les boutons étant situés au dessus de la molette.

Toutefois, nous avons constaté un léger jeu au niveau du click droit. Ce dernier n’est pas parfaitement appuyé sur le switch. Lors de sa pressions, on ressent une légère butée avant d’actionner le switch. Un peu gênant à l’usage, espérons que le problème soit simplement lié à notre exemplaire.

On termine brièvement par la glisse proposée par cette M65 RGB Elite. Comme vous le savez, la souris offre pas moins de cinq patin en téflons. Ces derniers remplissent bien leur office, il n’y a rien à leur reprocher.

Le bouton sniper, ce fourbe !

La caractéristique principale de cette souris concerne son bouton sniper. Sa fonction est de réduire, ou d’augmenter le niveau de DPI (tout dépend de la manière dont il est paramétré) tant qu’il est pressé. En jeu, sur un FPS à la sauce battlefield, il est très appréciable puisqu’il permettra un meilleur contrôle du recul de l’arme par exemple.

Si dans une majorité des cas il est fort pratique, grâce à une réduction des DPI ponctuelle, on peut aussi être amené à le presser par inadvertance, lorsque l’on tombe dans une embuscade par exemple. Le stress faisant que l’on serrera d’avantage sa souris. Le bouton étant naturellement sous le pouce, la pression est donc inévitable.

Dans l’histoire, il n’y aura pas vraiment moyen de compenser ce problème. Face à l’ancienne génération de M65, le bouton est plus gros et est collé aux autres boutons latéraux. Heureusement, ce dernier est plus dur que sur l’ancienne génération de M65 ce qui limite la casse.

Corsair M65 RGB Elite

Un poids ajustable !

Autre fonctionnalité liée à la M65 est son système de gestion de poids. Situées sous la souris, on retrouve trois lests maintenus en place grâce à des vis. Pour alléger le mulot, nul besoin de sortir ses outils, une simple pièce de monnaie suffira, les têtes des vis étant plates et larges.

Corsair M65 RGB Elite

Concrètement, on aura la possibilité de faire varier le poids de la souris de 97 gr à 115 gr. Une fonctionnalité intéressantes pour ceux aimant les souris légère, ou plus lourde.

A l’usage, plus une souris sera lourde, plus il faudra fournir d’efforts lors de sa manipulation sur la durée. Cependant, avec tout ses poids installés, nous avons constaté que la souris est plus précises, moins de tirs manqué.

Le RGB :

Encore une fois, face à l’ancienne génération de M65, l’éclairage RGB a été amélioré sur cette M65 RGB Elite. Ici, il est plus voyant sur la molette et ce, grâce à deux bandes translucides diffusant la lumière des diodes. Sur le pommeau, malheureusement, le logo Corsair sera plus petit que sur la M65 RGB Pro.

L’éclairage se diffusera aussi sur votre tapis de souris par l’arrière de la souris. En effet, au niveau du châssis en aluminium, nous avons une petite diode RGB.

Ici, c’est réussi puisqu’on retrouvera de belles couleur avec une intensité intéressante. En revanche, avec la main posé sur la souris, difficile d’en profiter. On dira simplement que le RGB sur une souris permet de mettre en valeur son matériel quand on ne l’utilise pas.

Le bruit des clics :

Corsair équipe sa souris de switchs Omron. Lors de la pression un click aiguë et audible se fait entendre. Toutefois, on remarquera, à partir de 5 secs, le bruit que fait le click droit sur le switch sans pour autant l’activer. C’est le fameux « jeu » dont nous vous parlions un peu plus tôt.

De manière globale, ce n’est pas la souris la plus bruyante que nous ayons eu dans nos colonnes.

Nous avons fait le tour de cette partie test, il est temps de passer à la conclusion !

page suivante

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de