Test : Raijintek Orcus 240

0
7951

En début d’année, Raijintek annonçait son nouvel AIO : le Orcus 240. Cependant, cette référence a piqué notre curiosité de par sa conception intéressante. Effectivement, dans les grandes lignes ce nouvel AIO met en avant une pompe déportée et un indicateur de flux. Enfin bref, est-ce que toutes ces petites touches originales feront de lui une bonne référence ? Voyons ça sans plus tarder dans notre test !

Raijintek Orcus 240

Sommaire :

  1. Présentation
  2. Le Raijintek Orcus 240
  3. Installation
  4. Le RGB
  5. Protocole
  6. Températures
  7. Bruit
  8. Perf/Bruit
  9. Conclusion

Présentation :

Le Orcus 240, comme tous les autres modèles de la série appartient à la famille des refroidissements liquides dits « AiO », ou tout-en-un. Ce dernier propose donc un ensemble constitué d’une plaque froide et d’un radiateur. Le tout est relié ensemble grâce à deux tuyaux. Un liquide circulant à l’intérieur viendra refroidir le CPU lorsqu’il entrera en contact avec la plaque froide. Il sera à son tour refroidi dans le radiateur grâce à des ventilateurs. La petite particularité de ce modèle provient de sa pompe externe.

Enfin, bref, pour en savoir plus, nos Quicky dédiés au refroidissement sont disponibles ici et .

Plus spécifiquement, cette série d’AIO Orcus se décline en trois modèles : 120 mm, 240 mm et un 360 mm pour le plus gros. De plus, chaque version dispose d’une alternative baptisée « Core » sans ventilos. L’objectif étant d’offrir plus de liberté à l’acheteur quant au choix des moulins.

Quelques caractéristiques de la série :

Raijintek Orcus 240

Forcément, un AIO qui sort des sentiers battus comme le Orcus, ça a des choses à mettre en avant. Ainsi, Raijintek parle du design de son bloc plaque froide. Effectivement, ce dernier affiche une base en cuivre proposant des micro-cannaux de 0.1 mm. De plus, l’ensemble profite d’une hélice qui indiquera que tout tourne bien là-dedans, sans oublier de parler du fill port présent.

Le Orcus 240 affiche également une pompe externe qui a migré dans les tuyaux de l’AIO. Le constructeur met en avant un fonctionnement moins stressant pour la carte mère et le CPU. Ces composants n’étant plus soumis aux éventuelles vibrations de cette dernière. Il faut aussi s’attendre à un fonctionnement silencieux d’après le constructeur.

Ensuite le radiateur offre une résistance accrue à l’évaporation du liquide grâce à des tubes en téflons. Il en va de même pour les tuyaux de l’AIO.

Finalement, le constructeur met en avant la partie RGB de son Orcus 240 qui est présente sur les ventilateurs et le bloc plaque froide. Un boîtier de contrôle est fourni et sa gestion se fera soit par une télécommande, soit par la carte mère.

Bref, voici qui s’annonce prometteur. Au moins, Raijintek a l’avantage de proposer une structure qui change de l’ordinaire.

page suivante

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de