Test : Raijintek Paean

0
3983

Nouveau test de boîtier aujourd’hui avec une nouvelle référence open frame. Cette fois-ci, retour chez Raijintek, donc non, le Coeus Evo TC n’est pas le premier et dernier test de la marque. Le boîtier en question est le Paean, un boîtier pouvant faire office de table de bench, un support que nous n’avons pas vu depuis longtemps sur OMF.

Bon, le modèle en question n’est pas sorti hier, mais comme vous le savez, on aime l’originalité et ce Paean est original, alors voilà. Bref, on attaque.

Sommaire :

  1. Le montage
  2. Extérieur
  3. Intérieur
  4. Installation
  5. Conclusion
  6. Galerie

Le montage

Comme beaucoup de boîtiers open frame (en tout cas, tous ceux qu’on a eu), il faut passer par une étape de montage. Effectivement, le Paean arrive entièrement démonté, et ce, afin de faciliter son conditionnement. Ici, tout sera à assembler soit même : pieds, supports HDD, en passant par le support des GPU.

Les pieds ! 

Dans le carton du Paean, on retrouve quatre cylindres recouverts de caoutchouc. Ces derniers se séparent en deux segments et sont simplement vissés ensemble. Vous l’aurez compris, il suffira de venir les visser entre le plateau principal : une jolie feuille d’aluminium noire anodisée et brossée. Bref, quatre pieds, quatre coins, vous savez ce qu’il vous reste à faire. Ah ! Sachez qu’ils feront aussi office de support pour les panneaux en verre trempé.

Le support des cartes graphiques : 

Raijintek PaeanLe Paean étant une toile vierge, tout est à faire, même la fixation du support pour les cartes graphiques à monter. Toutefois, gros point pour celui-ci, les diverses pièces sont à visser les unes aux autres par des vis à mains !

Bref, le support des GPU est à installer à l’arrière du boîtier, en dessous de ce qui sera le futur large accès backplate une fois le tout monté. Deux vis à main et ça tient, il n’en faut pas plus.

Le support d’alimentation : 

Le support de l’alimentation est en deux parties, le braquet arrière, sur lequel on vissera le bloc et une languette de maintien. Pour les photos, nous avons choisi de vous montrer la structure complète… Enfin presque, il manque les supports anti-vibrations (visibles page 4).

Pour le braquet, cela se passe de l’autre côté du plateau de la carte mère, au niveau du support GPU à peu près. L’installation est similaire : deux vis à main et c’est tout.

Pour la languette de maintien, même topo, on viendra  la visser (via deux vis à main) en face du braquet. Plusieurs positions sont disponibles en fonction de la profondeur de votre bloc d’alimentation.

La platine à HDD : 

Raijintek PaeanLa platine à HDD est la partie qui supportera toutes nos unités de stockage, 2.5″ comme 3.5″. Contrairement aux autres parties installées jusqu’à maintenant, la platine nécessite quatre vis à main. De plus, on prêtera une attention particulière à son sens de montage : les plus gros trous vers le haut. En effet, cela serait un peu c*n de voir son stockage atterrir par terre une fois le montage terminé. De plus, nous vous conseillons d’attendre avant de la mettre en place, on vous dira pourquoi un peu plus tard.

Le panneau de contrôle :

Vous l’aurez compris, il faut tout monter sur notre Paean, même le panneau de contrôle. Ainsi, ce dernier s’installe grâce à une visserie particulière, plus longue et à la tête plus travaillée que celle employée précédemment.

Malgré cela, le principe reste le même, on prend notre panneau de contrôle et on le visse sur la structure mère. Deux positions sont possibles, à l’avant, ou sur le dessus, au niveau des passages de câbles caoutchoutés.

Les entretoises : 

 

S’il y a bien quelque chose d’assez embêtant à installer, et ce, quel que soit le boîtier, ce sont les entretoises, surtout quand l’outillage n’est pas fourni. En effet, soit on prend une pince, au risque de marquer le plateau de la carte mère, soit on y va avec les mains, mais là, ce n’est pas pratique, car pas beaucoup de prise.

Bref, vous voulez une astuce ? Lisez bien. Pour vous faciliter la tâche, il suffit d’utiliser les vis pour les panneaux en verre. Vous commencez à visser légèrement l’entretoise avec les mains et vous terminez avec la grosse visse retournée sur l’entretoise. Meilleure prise en main = meilleur serrage et on ne se fait pas mal en forçant avec les doigts.

Pfiou, c’est terminé. À l’issue de cette première épreuve, qui nous aura pris une quinzaine de minutes (comme sur le Cougar Conquer à peu près), on a une structure opérationnelle prête à accueillir notre configuration. Ici, rien de bien compliqué, loin de là et vu que tout le matériel est de bonne qualité, on n’a pas eu de problème d’ajustement ou de trous qui n’étaient pas en face les uns des autres.

page suivante

Poster un Commentaire

  Subscribe  
Me notifier des