Test : Raijintek Zofos Evo Window

0
3733

Notre aventure avec le constructeur Raijintek se poursuit. Ce coup-ci, la maque nous fait parvenir son tout dernier boîtier : le Zofos Evo en version Window. Il est important de noter que la marque offre deux déclinaisons à ce modèle : une version silent avec panneau plein et une version Window avec vitre en verre. Quelques autres différences sont au programme, nous les détaillerons au fur et à mesure.

En attendant, la marque positionne son boîtier sur le secteur tarifaire des 150€ – 170€. Bref, voyons ce que donne ce boîtier grand tour. Attachez vos ceintures, on commence !

Sommaire :

  1. Extérieur
  2. Intérieur
  3. Installation
  4. Le RGB
  5. Test
  6. Conclusion
  7. Galerie

Extérieur

Avec ce Zofos Evo Window, Raijintek propose un bon gros boîtier comme on en fait rarement. Effectivement, ce modèle est compatible avec les plus gros formats de carte mère. Le constructeur affiche une compatibilité avec les cartes mères en EE-ATX, E-ATX, ATX, micro-ATX et mini-ITX… Enfin bon, mettre une carte mère ITX dans ce type de boîtier revient à aller chercher un cadis de course pour mettre juste un pain de mie.

D’un point de vue dimension, le Zofos Evo est imposant. En effet, le boîtier mesure 24.5 cm de largeur, 61.7 cm de profondeur et 59.8 cm de hauteur. Le poids est à l’image du reste avec 16.3 kg. On ne va pas se mentir, c’est lourd. D’ailleurs, le dernier boîtier que l’on ait eu qui pesait autant était le 909 de In Win et ses 17 kg.

La façade du boîtier est en plastique et offre deux finitions. On retrouve un contour en plastique granuleux tandis que le centre affiche un plastique imitation aluminium brossé. D’ailleurs, le rendu est tellement convaincant, qu’à première vue on croyait à une façade en aluminium. Dans le bas, le logo du constructeur est présent. Il est à noter que le centre de la façade se retire facilement : elle est maintenue par des aimants.

Pour le reste, nous avons un design anguleux, mais structuré qui fait que le boîtier en impose… Ok, les dimensions jouent également. Autrement, le boîtier affiche une peinture noire mate qui aura tendance à marquer les traces de doigts. D’ailleurs, cette dernière nous fait penser à celle que nous avions sur le S340 de NZXT. En revanche, lors du test, nous avons constaté un léger impact au niveau de la jonction entre la façade/carcasse/panneau en verre dans le haut. Un problème lié à l’application ou peinture fragile ? Difficile à dire…

Le panneau de contrôle : 

Raijintek Zofos Evo Window

Le panneau de contrôle prend place sur le dessus de la façade sur un des bords biseautés. Ici, Raijintek joue la carte du luxe avec un insert en aluminium brossé avec rebords brillants. Clairement, il joliment mit en valeur. En revanche, la connectique proposée est des plus basique :

  • 1x bouton power avec diode de tension intégrée
  • 1x bouton reset
  • Les entrées/sorties micro et casque
  • 2x USB 3.0

On retrouve donc l’essentiel sur ce panneau de contrôle qui partage la même connectique que certains boîtiers milieu/entrées de gamme comme les Meshify C de Fractal ou Carbide 275R de Corsair. Cependant, il est mis en avant « à la Raijintek » avec insert en alu comme sur le Coeus Evo TC. Sachez que le Zofos Evo Silent offre en plus un USB type C.

Le dessous : 

Raijintek Zofos Evo Window

Il est important de noter qu’à la réception, les pieds du boîtier ne sont pas fixés. Ça sera donc à vous de les mettre en place (4 vis par pied). La raison derrière ça ? On l’ignore, sûrement pour faciliter le conditionnement du boîtier.

Quoi qu’il en soit, on se rend compte que les fameux pieds offrent un revêtement en mousse qui n’adhère que moyennement au sol, comme ceux du Cougar Panzer par exemple. Une bonne chose puisque ceci facilitera la manipulation du boîtier. Rappelons qu’avec 16.3 kg sur la balance, ceci soulagera notre dos puisqu’on ne devra pas obligatoirement soulever l’ensemble lors du montage par exemple.

Enfin, on termine avec le filtre d’alimentation accessible depuis l’arrière du boîtier. Un grand classique.

L’arrière : 

À l’arrière, c’est l’organisation classique avec quelques particularités toutefois. Outre le classique I/O shield dans le haut, alimentation dans le bas, on remarque un nombre important de slots d’extension. En effet, le Zofos Evo Window met à disposition un total de 10 slots à l’horizontale et deux à la verticale. Si l’on fait le calcul, on pourra installer jusqu’à cinq cartes graphiques doubles slots, ce qui peut faire la différence pour une station de travail. Enfin, on pourra aussi mettre notre GPU en avant via les deux slots à la verticale.

On remarquera aussi la présence d’un dispositif au-dessus de l’emplacement I/O shield. Il s’agit en réalité de deux petites diodes qui viendront éclairer le panneau arrière de la carte mère. Bien pratique si l’on souhaite brancher/débrancher quelque chose la nuit.

Le dessus : 

Raijintek Zofos Evo Window

Enfin, on termine ce petit tour extérieur par le dessus du Zofos Evo Window. Ici, un large filtre aimanté y est présent, une solution très classique puisqu’on la retrouve sur des boîtiers plus abordables (Meshify C notamment). Au moins, c’est simple à manipuler, et à nettoyer puisqu’il est en nylon. Il est à noter que la version Silent offre un top cover plein afin de limiter le bruit.

Avec ce Zofos Evo Window, clairement, nous avons affaire à un gros bébé. Le boîtier en impose de par ses dimensions, mais aussi son poids. 16.3 kg, ce n’est pas anecdotique et il faudra faire attention à ne pas se ruiner le dos en le soulevant. Derrière cela, le boîtier réserve un espace généreux avec une compatibilité avec les plus gros formats de cartes mères et suffisamment de place pour cinq GPU doubles slots !

page suivante

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de