Test : Scythe Ninja 5

0
4049

Il y a un peu moins de trois ans, nous testions à cette adresse le Scythe Ninja 4, un dissipateur aircooling, simple tour très imposant. Récemment, la marque japonaise annonçait la nouvelle génération avec le Ninja 5. Au programme, le constructeur a effectué quelques mises à jour sur le plan esthétique et technique. Nous verrons cela en temps voulu. En attendant, on commence ce test par les présentations, c’est parti.

Scythe Ninja 5

Sommaire :

  1. Présentation
  2. Le Scythe Ninja 5
  3. Installation
  4. Protocole
  5. Températures
  6. Bruit
  7. Perf/Bruit
  8. Conclusion

Présentation :

Avec son Ninja 5, Scythe nous propose là un dissipateur au format simple tour. L’ensemble exploite donc un seul et unique empilement d’ailettes en aluminium. Pour une meilleure répartition de la chaleur, nous avons un ensemble de caloducs convergeant vers une base en cuivre. N’étant pas un ventirad passif (fanless), le Ninja 5 emploie deux ventilateurs pour le refroidissement. Le montage pourra se faire en « push-pull », soit un ventilateur qui « pousse » l’air d’un côté et l’autre qui le « tire » de l’autre. L’objectif étant d’améliorer le refroidissement. Quoi qu’il en soit, on en dit plus sur les différents types de refroidissement CPU ici et .

Quelques caractéristiques de la série :

Scythe Ninja 5

Globalement, avec son Ninja 5, Scythe propose un dissipateur fournit avec deux ventilateurs Kaze Flex. L’ensemble est conçu pour être installé en push-pull afin d’améliorer les performances face à une solution équipée d’un seul moulin. Cependant, Scythe fait les choses bien et propose des ventilateurs fonctionnant à bas régime pour éviter d’avoir un ensemble trop bruyant. De plus, la forme du ventirad permettra une meilleure répartition du flux d’air à l’intérieur de la structure.

Le constructeur met aussi à jour son système de montage, le H.P.M.S (Hyper Precision Mounting System) qui passe en version III. L’ensemble se voit maintenant équipé de vis à ressort et de nouveaux spacers en plastique/caoutchouc. Scythe annonce que son système comme est plus simple à mettre œuvre.

On termine avec la compatibilité de la RAM. Quand on voit un Ninja, la première réaction est : « Mon dieu, jamais ma RAM ne passera dessous ! ». À ce niveau, Scythe propose une structure au niveau des ailettes améliorant la compatibilité avec la mémoire. Cela permet l’installation de RAM avec des dissipateurs de 55 mm de hauteur. Ah ! Et on retrouve une structure similaire présente à l’opposé du bloc d’ailette afin de ne pas pénaliser les sockets LGA-2000 d’Intel.

page suivante

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de