Test : Thermaltake Level 20 MT

0
1148

Tests

Flux d’air :

Le Eclipse P600S et le 103 de In Win seront donc les premiers boîtiers à avoir été testés avec ce nouveau protocole. Le Level 20 MT rejoint la partie.

La ventilation supplémentaire prend la forme de deux ventilateurs Riing 14 de Thermaltake, placé dans la partie supérieure du boîtier, en extraction. 

Flux d’air CPU ventilation d’origine puis complétée :

On commence tout d’abord avec la température de notre CPU avec la façade ainsi que la partie supérieure de notre boîtier de test. Voyons si le flux d’air est suffisant pour le bon refroidissement de notre Ryzen 7 1700X.

Thermaltake Level 20 MT Temp CPU Trié

A première vue, notre Level 20 MT tient plutôt bien la comparaison avec ses concurrents. Grosso modo, on obtient des températures équivalentes au P600S en 12V et qui seront  inférieures en 5V. Cela s’explique par le fait que les caches du P600S sapent littéralement le flux d’air à bas régime. 

Notons que comme les ventilateurs façade tournent à vitesse fixe (ni à fond ni au minimum semblerait-il), seul le ventilo arrière peut être régulé. Et on peut dire que son apport est primordial, à lui seul il joue à hauteur de 4°C sur le CPU.

De l’autre côté, si la différence est si marquée avec le In Win 103 en 5V, c’est parce qu’il n’a tout simplement aucun ventilateur d’installé de base. Ajoutez-en et faites les tourner à plein régime et on obtient un boîtier très bien ventilé.

Flux d’air CPU ventilation d’origine sans façade ni top :

Afin de s’assurer du facteur limitant dans l’histoire (et à quel point), nous retirons le dessus ainsi que la façade du boîtier.

Thermaltake Level 20 MT Temp CPU sans facade Trié

Si l’on retire la façade en verre du boîtier, on observe de gros gains. Nous relevons une différence de 7.2°C en moins en 5V et un peu moins de 3°C en 12V. Si l’écart entre le 12V et le 5V est aussi faible, c’est parce que la ventilation en façade fonctionne à vitesse fixe. Si nous avions pu la gérer, il y a fort à parier que l’écart aurait été plus marqué. 

Globalement, on retrouve un boîtier mieux ventilé qu’un P600S en 5V, mais qui fait moins bien en 12V. Encore une fois, la référence de Thermaltake est pénalisée par son incapacité à gérer la vitesse des ventilateurs. Ne vous méprenez pas, si l’écart à l’air important sur le graphique, il n’est en réalité que de quelques degrés. 

Ainsi, il est surtout intéressant de comparer la température gagnée ici pour chaque référence, et il s’avère que c’est globalement similaire entre l’Eclipse et le Level 20 MT : +4/+5°C en 12V et +7/+8°C en 5V.

Notez également que si le In Win 103 n’apparaît pas ici, c’est parce que l’on ne peut pas y retirer la façade. 

Flux d’air (GPU) :

On réitère l’opération, mais avec des mesures effectuées sur la carte graphique. Ici, nous testons avec ventilation d’origine et ventilation complétée.

Thermaltake Level 20 MT Temp GPU Trié

Côté carte graphique, on notera une HD 7970 pas assez ventilée lorsque la ventilation est à faible régime. D’une part, l’extraction d’air joue en grande partie, puisque faire tourner le ventilateur arrière à plein régime suffit pour faire gagner 8°C. Mais il s’avère que ce n’est pas le seul soucis puisque même à plein régime on est à 82°C (et 81°C si on ajoute 2 ventilateurs de plus en extraction), alors que l’Eclipse arrive à tomber à 76°C dans les mêmes conditions. On soupçonne que la facade avant bloque beaucoup le flux d’air en direction de la carte graphique. La suite nous dira si la supposition est bonne.

Clairement, le Level 20 MT a du mal à refroidir notre HD 7970 si l’on comparer ses résultats face au P600S. Le boîtier est d’ailleurs tourné en ridicule face au In Win 103 qui a l’avantage d’arroser directement le GPU.

Flux d’air GPU ventilation d’origine sans façade ni top :

Nous refaisons le même test, mais en retirant la façade et le top du boîtier. Voyons comment cela influera sur les températures de la carte.

Thermaltake Level 20 MT Temp GPU sans facade Trié

Les gains en retirant la façade sont ultra intéressants : en 5V, on remarque une baisse de 15°C (!!!), ce qui est juste énorme. Plus même que les 12°C que l’on gagne sur le Phanteks. En 12V, on gagne 9°C sur le Level20 MT et 6°C sur l’Eclipse. Signe que la paroi gène plus sur le Level 20 MT. On confirme ce que l’on supposait : comme quoi la paroi frontale gêne énormément le flux d’air sur le GPU.

Encore une fois, dommage de ne pas pouvoir augmenter le régime de la ventilation en façade. Il aurait été intéressant de voir jusqu’où on aurait pu descendre en 12V. C’est aussi ce qui explique la faible différence entre la ventilation en 12V et 5V. Dans l’état, le P600S de Phanteks ventile mieux notre GPU. 

Isolation :

Ici, nous mesurons simplement le bruit émis par notre config lorsque l’on fait tourner le refroidissement CPU et refroidissement GPU très vite.

Concernant l’isolation, notre boîtier se positionne au niveau de la concurrence. Ainsi, il isolera aussi bien qu’un In Win 103 ou qu’un P600S sans ses caches. Toutefois, un P600S avec caches permettra d’atténuer le bruit de la configuration.

Bruit de la ventilation d’origine :

Cette fois-ci, nous mesurons le bruit émis par la ventilation d’origine du boîtier. Pour cela, la configuration tourne en idle (ventilation CPU et GPU au minimum) pendant que les relevés sont effectués successivement en 5V, 8V et 12V sur la ventilation du boîtier.

Si l’isolation n’est pas exceptionnelle, le bruit, lui est plutôt bon en 12V. Cependant, ne nous méprenons pas, puisqu’en 12V, seul le ventilateur arrière tourne à plein régime, la façade elle, reste à régime fixe. C’est d’ailleurs pour cette raison que le bruit reste somme toute élevée en 5V et 8V. C’est d’ailleurs cela que le sonomètre entendra : l’appel d’air au niveau de la façade. 

Ajoutons également que lors du test, nous avons constaté des vibrations parasites au niveau de la cage disque dur, ce qui n’arrange pas les choses. 

En résumé :

Grosse déception au niveau des relevés de température de ce Level 20 MT. Dans un premier temps, on trouve dommage de na pas pouvoir régler comme on le souhaite la vitesse de ventilation en façade. Cela contraint l’utilisateur à un manque de flexibilité au niveau du refroidissement, car en cas de besoin et bien il n’aura pas plus de marge de manœuvre. 

Dans un second temps, on aura aussi remarqué que la façade sapait réellement le flux d’air. Il est possible de gagner jusqu’à 15°C sur notre carte graphique, ce qui est tout bonnement énorme. Alors certes, avec un P600S on arrive a gagner dans les 12°C, néanmoins, c’est excusable ici puisqu’il s’agit d’un boîtier isolé qui a pour but d’être le plus hermétique afin d’être le plus silencieux possible… Ce qui n’est pas le cas du modèle Thermaltake.

Sur la partie CPU, on remarquera que le scénario se répète mais avec des différences moins marquées. 

Côté bruit, avec la possibilité de ne régler qu’un seul ventilateur, vous l’aurez compris, on ne peut pas descendre bien bas au niveau des décibels. A faible et à moyen régime, cette référence s’avère être audible, d’autant que la cage HDD reste soumise aux vibrations du disque dur et ce, malgré l’installation des rondelles de mousse.

Vous l’aurez deviné, le bilan global n’est pas très reluisant. 

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de